LES MINISTERES DANS L’EGLISES

LES MINISTERES DANS L’EGLISES

Pour commencer à créer votre page, cliquez ici et entrez votre texte

LES MINISTERES DANS L’EGLISES

 

L'enseignant - Miki Hardy

Les cinq ministères

L'évangéliste

Le pasteur

Parmi les ministères de perfectionnement mentionnés dans Ephésiens 4:11, l’enseignant est celui qui a reçu une onction particulière pour communiquer les vérités profondes et éternelles des Ecritures au peuple de Dieu. Son rôle n’est pas d’apporter des connaissances intellectuelles mais, en enseignant, de laisser le Saint-Esprit écrire Lui-même la Parole de Dieu dans le cœur des chrétiens.  

 

 

© Photographe Andrew Rog - Istockphoto.com

Nombreux sont les pasteurs, diplômés d’écoles bibliques qui, pendant des années, ont enseigné la théologie avec peu de résultats. Aujourd’hui, beaucoup se sentent complètement découragés car toutes leurs connaissances n’ont eu aucune puissance pour transformer leur service, leur vie et celle des croyants de leurs assemblées, et certains sont même tentés de fuir le ministère.

L’enseignement de la Parole fait bien partie de la mission que Jésus a confiée à ses disciples, comme nous le voyons dans Matthieu 28 :

Matthieu 28 : 19-20

19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,20 et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.

 

 

L’enseignement dispensé aux chrétiens n’a pas seulement pour but d’augmenter leur connaissance de la Bible, mais surtout de les conduire à la maturité spirituelle.

Être uni avec les autres ministères

L’enseignant ne devrait jamais oublier l’avertissement de l’apôtre Jacques (3:1) : il sera jugé plus sévèrement que les autres. Mais aujourd’hui, il existe un nombre incalculable d’“enseignants” auto- proclamés, indépendants, qui circulent dans les églises du monde entier. Ils écrivent des livres, font des émissions télévisées, publient leurs enseignements sur DVD et CD, tiennent des blogs et utilisent tous les médias possibles pour atteindre le public chrétien ; leur nombre n’a jamais été aussi élevé. Pourtant, le modèle que nous voyons dans la Bible, c’est celui d’enseignants faisant partie du corps des anciens d’une église locale (Actes 13:1). Comme pour les quatre autres ministères, il n’est pas indispensable qu’il y ait un enseignant dans chaque église locale. Mais chacune devrait être reliée à un réseau d’églises où les cinq ministères sont présents. Lorsqu’un enseignant fait partie de l’équipe d’anciens d’une telle église, il est envoyé dans les églises qui œuvrent ensemble et il devient ainsi une bénédiction pour chacune d’entre elles. Il n’est pas juste un prédicateur invité, qui communiquerait un enseignement sans avoir aucune relation avec les chrétiens ou qui s’appuierait sur ses propres qualifications. Grâce à l’évangile apostolique, il est uni aux autres ministères, il a le même cœur qu’eux pour le peuple de Dieu et voit l’importance de construire des relations.

Proclamer la saine doctrine

Une fois que l’apôtre a posé la fondation en prêchant la saine doctrine de Christ, l’enseignant, oint de Dieu, peut construire dessus (1 Cor. 3:10), car, il communique d’une manière plus profonde que les autres ministères. Le peuple de Dieu est protégé des fausses doctrines aussi longtemps que l’enseignant est soumis à l’équipe d’anciens de l’église locale.

Communiquer le cœur de Dieu

Nous avons le parfait exemple de ce ministère avec Jésus-Christ. Avant Sa venue, les Pharisiens étaient les enseignants de la Loi. Ils l’inculquaient sans onction, ce qui ne pouvait conduire le cœur des gens à changer. Aussi toutes les personnes qui entendaient Jésus étaient-elles étonnées de l’autorité avec laquelle Il enseignait, et une multitude venait pour L’écouter. Les Pharisiens repoussaient le peuple, car ce qui les intéressait, c’était de trouver des fautes dans la vie des autres, alors que Jésus manifestait le cœur de son Père, et ce qu’il disait attirait les gens. Pourtant, ce qu’Il enseignait défiait et confrontait ses auditeurs qui reconnaissaient néanmoins que c’était la Parole de Vie:

Matthieu 7 : 28-29

28 Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine;29 car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

 

 

Conduire les chrétiens à prendre leur croix

L’onction de l’enseignant le pousse à explorer les profondeurs de la Bible pour y trouver les richesses qui y sont cachées. Il veut être davantage éclairé lui-même, afin de pouvoir ensuite communiquer la saine doctrine au peuple de Dieu. La vie et la doctrine d’un enseignant doivent être fondées sur le message de la croix, puissance de Dieu pour ceux qui croient. Il sera alors reconnu pour sa capacité à établir fermement les chrétiens sur cette fondation. Un enseignement dans le bon esprit doit conduire le peuple de Dieu à se renier lui-même, à prendre sa croix et à suivre Jésus.

S’écarter des fausses doctrines

L’un des plus grands dangers pour l’enseignant est que son grand désir de trouver les trésors cachés de la Parole peut le conduire à dévier et à tomber dans l’erreur. C’est ainsi que les fausses doctrines pénètrent dans l’Eglise. La Bible mentionne régulièrement l’existence de faux enseignants et avertit très clairement le peuple de Dieu à ce sujet.

Tite 1 : 10-11

10 Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs,11 auxquels il faut fermer la bouche. Ils bouleversent des familles entières, enseignant pour un gain honteux ce qu'on ne doit pas enseigner.

 

 

Ce verset met en garde contre les beaux parleurs et les séducteurs, qui enseignent ce qu’ils ne devraient pas, afin d’obtenir des gains malhonnêtes. De tels hommes trompent le peuple de Dieu. Certains, à partir d’expériences qu’ils ont faites, développent de fausses doctrines qui ne sont que des hérésies destructrices. D’autres créent une doctrine de toutes pièces à partir de quelques versets sortis de leur contexte. Mais on ne peut s’appuyer sur une expérience personnelle faite avec Dieu pour l’enseigner comme faisant partie de la doctrine de Christ, ni sur un simple verset. Pourtant, c’est ce que l’on a pu observer de plus en plus souvent ces dernières années. A l’inverse, lorsque la croix est au centre de l’enseignement, le peuple de Dieu, en sécurité, ne sera pas induit en erreur.

Lorsque les cinq ministères œuvrent ensemble, le ministère complet de Jésus est révélé à l’Eglise. Les relations spirituelles entre chacun de ces ministères fournissent une protection vitale au peuple de Dieu, car cela empêche n’importe quel vent de doctrine, né de la pensée humaine, à s’infiltrer dans l’Eglise. Or l’Eglise a besoin de tous ces ministères pour atteindre la maturité et parvenir à la stature parfaite de Christ, ce qui doit être son but. C’est l’intérêt du peuple de Dieu de comprendre quelle grâce merveilleuse représente l’unité de ces ministères dans l’Eglise pour lui !

Roland La Hausse, enseignant, fait partie de l’équipe d’anciens de l’Eglise Chrétienne:

“Des enseignements qui édifient les croyants sur la fondation solide de l’évangile de la croix”

Dans les années 80, de retour d’Afrique du Sud où j’avais suivi des cours bibliques, mon objectif était d’ouvrir une école biblique à Maurice. Pour cela, j’ai rejoint un groupe de pasteurs d’une église, mais je dirigeais l’enseignement selon ma vision, c’était mon domaine. A cette époque, ce qui avait de l’importance à nos yeux, c’était le ministère de chacun et non les relations entre responsables. Sans fondation, certains de mes enseignements étaient parfois erronés, mélangés à des interprétations humaines, et je me sentais seul spirituellement.

Lorsque la révélation apostolique est venue dans notre église, j’ai dû permettre au Seigneur de changer radicalement ma manière de voir en tant que serviteur de Dieu, arrêter, pour un temps, d’enseigner et me soumettre à l’œuvre de l’Esprit, pour que Dieu fasse avant tout une œuvre profonde dans ma vie. Des années plus tard, nous avons recommencé à dispenser des cours ; maintenant, ils édifient les croyants sur la fondation solide de l’évangile de la croix, qui permet au Seigneur de travailler les vies. Je rends grâce à Dieu pour l’unité et la relation qu’Il a emmenées, à Maurice et ailleurs, entre les ministères de nos églises qui œuvrent ensemble pour édifier le Corps de Christ.

 

 

Le pasteur - Miki Hardy

 

Parmi les ministères de perfectionnement des chrétiens, voici pour finir celui qui est le plus connu des cinq : le pasteur. Le titre “pasteur” vient des mots grecs “episkopos” et “episkopeo” qui signifient “veiller sur, garder, prendre soin, guider et nourrir”. En d’autres mots, le pasteur pourrait aussi être appelé - et il l’est souvent - “le berger”.  

 

 

© Photographe René Gastinel - Fotolia.com

Un cœur de berger

Certains prophètes de l’Ancien Testament - Esaïe, Jérémie, Ezéchiel et Amos - ont parlé de la part de Dieu, souvent assez sévèrement, au sujet des bergers et de leur troupeau. Mais en Jésus-Christ, qui a déclaré qu’un véritable berger donne sa vie pour ses brebis, nous avons le parfait exemple du Bon Berger.

Il est impossible de considérer l’appel, l’onction et le rôle du pasteur sans faire la comparaison avec le troupeau, la brebis et le berger. En effet, quelqu’un qui a un appel de pasteur a, avant tout, un coeur pour prendre soin du “troupeau”, des chrétiens qui lui sont confiés. Dans la conversation que Jésus a eue avec Pierre (Jean 21:15), nous voyons qu’avant d’aller au ciel, Il voulait s’assurer que l’Eglise du Nouveau Testament serait dans les mains d’hommes qui comprendraient leur appel et auraient un coeur pour le troupeau. Il recherche des hommes qui ne vont pas simplement travailler pour le Royaume de Dieu, enseigner ou prêcher, mais qui vont aimer Son peuple et en prendre soin. Nourrir les brebis, c’est vouloir le meilleur pour elles, veiller sur elles, les aimer, les instruire et les conduire avec le coeur de Jésus.

Un des cinq ministères, appartenant au corps d’anciens d’une église locale

Le pasteur fait toujours partie du corps d’anciens d’une église locale. Il y est respecté pour l’autorité que son appel lui donne dans l’Esprit, il n’a pas un ministère indépendant. Bien que tout pasteur soit avant tout un ancien, tous les anciens ne sont pas pasteurs et ne sont pas nécessairement appelés dans l’un des cinq ministères (1 Tim. 5:17). C’est pourquoi les autres anciens n’ont pas à l’envier ou à en être jaloux, mais au contraire, ils acceptent la place et le rôle qu’il joue dans l’église locale, ils ressentent qu’il a cet appel et cette onction de Dieu. Cela dit, il est très important que le pasteur ne domine pas les autres anciens, qui ne sont pas là pour obéir sans rien dire à toutes ses directives. Son autorité dans l’Esprit ne lui donne pas ce droit. C’est pour cela qu’il cherche toujours à prendre des décisions en unité avec les autres anciens et avec leur approbation. De même, pour sa protection comme pour celle de l’église sur laquelle il veille, il est aussi ouvert à la correction et à la réprimande quand c’est nécessaire. Son désir, sa motivation, c’est de toujours s’assurer que les anciens et lui travaillent ensemble, en donnant leur vie pour le peuple de Dieu. Le pasteur a une responsabilité particulière à cet égard : il est celui qui rappelle sans cesse à tous les autres anciens d’aller dans cette direction et qui les encourage dans ce sens. Les chrétiens de l’église entière reconnaissent et acceptent l’appel de Dieu sur la vie du pasteur. Ils devraient connaître sa façon de vivre et lui permettre de connaître la leur. Lorsque nous regardons la vie du pasteur, nous devons voir un homme qui sert Dieu et Son peuple, pas seulement un homme qui porte un titre.

Un ministère soumis à celui de l’apôtre

Quand il y a un apôtre dans le corps d’anciens de l’église locale, celui-ci a bien évidemment une autorité plus grande que le pasteur, qui a lui-même une autorité plus grande que les autres anciens. Le pasteur doit se soumettre non seulement à tout le corps d’anciens mais aussi à l’apôtre, que celui-ci fasse partie de son église ou qu’il soit dans une autre église locale appartenant au même réseau d’églises, comme nous le voyons dans le livre des Actes (17:36) et dans les épîtres de Paul.

Le danger d’un ministère isolé

L’onction dans la vie du pasteur est différente de celle de l’apôtre, du prophète, de l’évangéliste ou de l’enseignant, car elle est plus spécifiquement tournée vers l’église locale. Pourtant, elle a aussi ses limites, et c’est là qu’il y a un danger pour les chrétiens. Aujourd’hui, beaucoup de petites églises sont dirigées par un homme qui a le désir de conduire le peuple de Dieu et d’en prendre soin, mais qui n’a pas forcément l’appel, l’onction pour être pasteur. Ou encore, il arrive qu’il ait bien cet appel mais qu’il y réponde seul. Il n’est pas soumis à un corps d’anciens, car, soit il y a des anciens dans son église locale mais il considère qu’il n’est pas responsable devant eux, soit il est le seul ancien et il dirige donc son église tout seul. Pourtant, lorsque nous voyons dans le Nouveau Testament le mot “anciens”, il est toujours au pluriel ! (Actes 14:23, 20:17; Tites 1:5) Et cet homme n’est pas davantage en relation avec d’autres ministères en dehors de son église. Malheureusement, beaucoup d’églises aujourd’hui sont dirigées par un pasteur qui croit pouvoir apporter à lui seul toute la nourriture spirituelle dont le peuple de Dieu a besoin. C’est très dangereux !

En effet, il est intéressant de noter que, dans le Nouveau Testament, nous ne voyons nulle part une église avec un pasteur qui en serait la seule autorité ! Au contraire, nous voyons le modèle des relations qui doivent exister à l'intérieur de l’église locale et entre les églises. Même s’il y a un pasteur dans une église locale, cette église ne devrait jamais être seule et indépendante. Sinon, les chrétiens demeurent des bébés spirituels, car la seule nourriture qu’ils reçoivent ne vient que du pasteur. Complètement isolés et sans protection, ils ne sont pas en mesure de bénéficier des différentes onctions des cinq ministères. Les églises du Nouveau Testament faisaient partie d’une seule famille ; elles recevaient toutes la contribution des différents ministères, ce qui permettait au peuple de Dieu de croître en maturité, d’être équipé et perfectionné:

Ephésiens 4 : 11-13

11 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ,Lire la suite

 

 

Aussi longtemps que la révélation de l’évangile et de la structure de l’église du Nouveau Testament n’est pas apportée clairement à l’Eglise, il sera impossible pour les ministères chrétiens de travailler ensemble dans l’unité de l’Esprit. Beaucoup de pasteurs vont rester indépendants, ils vont se sentir menacés par d’autres ministères et dans l’insécurité. Pourtant, comme les autres ministères, le pasteur devra rendre compte un jour de la manière dont il a pris soin du troupeau de Dieu.

Ruben Ramsawmy, pasteur, fait partie de l’équipe d’anciens de l’Eglise Chrétienne:

J’ai rencontré le Seigneur en 1981 et j’ai tout de suite voulu Le servir. En 1993, j’ai été envoyé comme diacre avec ma famille à Rodrigues pour m’occuper des nouveaux convertis et j’y suis resté 5 ans. C’est là que j’ai appris à veiller sur une église. Puis, quand j’ai été nommé ancien, nous sommes partis 8 ans aux Seychelles.

Après ma conversion, j’étais un chrétien légaliste. J’imposais beaucoup de principes à ma femme et à mes enfants, et il y avait beaucoup de problèmes dans notre couple. Mais quand le ministère apostolique a commencé à se manifester dans l’église de Curepipe, quand le pasteur Michel Hardy a apporté le message de la croix, j’ai vu mon état et peu à peu ça a brisé mon orgueil. J’ai compris que le Seigneur devait d’abord m’apprendre à prendre soin de ma famille avant de pouvoir former en moi un cœur de berger pour Son troupeau.

Etre pasteur est une grande responsabilité, et j’ai dû chercher le Seigneur sans relâche et compter sur sa grâce. Mais avec le soutien de l’équipe de CTMI, je ne me suis jamais senti seul. Ces deux églises ont bénéficié de l’onction des autres ministères qui nous visitaient, et c’est ainsi qu’elles ont grandi sur la bonne fondation. Heureusement que leur croissance ne dépendait pas que de moi ! Aujourd’hui, je rends grâce à Dieu de m’avoir montré le chemin en plaçant des modèles devant moi et de m’avoir mis au sein d’une équipe où l’on prend soin de Son peuple ensemble.

L'évangéliste - Miki Hardy

Les cinq ministères

L'onction prophétique

L'enseignant

L’évangéliste, l’un des cinq ministères, a été donné à l’Eglise dans un but très spécifique. Mais il faut faire la différence entre l’évangélisation, responsabilité de toute l’église (Actes 11:19), et le ministère de l’évangéliste, oint par Dieu pour proclamer l’œuvre de Jésus à la croix et conduire le peuple à la repentance et au salut.

 

 

© Photographe Fotolia.com

Il semble qu’il y ait un manque de compréhension ou de révélation de ce qu’est le rôle de l’évangéliste dans l’église aujourd’hui. Il est généralement vu comme quelqu’un qui voyage de par le monde afin de gagner des âmes au Seigneur. C’est une mauvaise conception qui doit être corrigée, car elle conduit de nombreux évangélistes itinérants à ne rendre de comptes à personne. Leur ministère indépendant les emmène à se sentir solitaires, déconnectés des autres chrétiens et découragés. Pourtant, d’après les Ecritures, trois choses sont très claires : tout d’abord, l’évangéliste fait toujours partie du corps d’anciens d’une église locale, ensuite, il est toujours envoyé par celle-ci pour exercer son ministère en dehors de l’église vers les non- chrétiens et enfin, il a également un rôle à jouer dans cette église pour le perfectionnement des saints. Nous pouvons donc voir que l’onction de l’évangéliste est nécessaire non seulement pour le salut des âmes, mais aussi pour l’édification des chrétiens de l’église locale.

Un ministère exercé en équipe

Même si l’évangéliste n’est pas souvent mentionné dans le livre des Actes, nous pouvons constater, d’après les exemples cités, que le genre de ministère indépendant que nous connaissons de nos jours n’existait pas à l’époque. Nous voyons Philippe, évangéliste éminent, mentionné dans Actes 21 : 8, à l’œuvre dans Actes 8 : 5 lorsqu’il prêche la bonne nouvelle de Christ:

Actes 21 : 8

8 Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Etant entrés dans la maison de Philippe l'évangéliste, qui était l'un des sept, nous logeâmes chez lui.

 

 

Actes 8 : 5

5 Philippe, étant descendu dans la ville de Samarie, y prêcha le Christ.

 

 

Ce qui est clair, d’après Actes 8 : 14, c’est la manière dont l’évangéliste travaille en équipe avec les autres ministères.

Actes 8 : 14

14 Les apôtres, qui étaient à Jérusalem, ayant appris que la Samarie avait reçu la parole de Dieu, y envoyèrent Pierre et Jean.

 

 

Philippe avait évangélisé la Samarie, et après avoir entendu ce qui s’y était passé, Pierre et Jean s’étaient sentis libres de le soutenir. Philippe, qui au début appartenait à l’église de Jérusalem, accepta avec joie l’investissement spirituel complémentaire des apôtres, anciens dans la même église que lui. Il y avait une réelle unité entre les différents ministères qui travaillaient ensemble pour l’avancement du Royaume de Dieu. Philippe n’avait pas l’intention d’ouvrir une nouvelle église avec ceux qui s’étaient convertis mais au contraire, il se sentait responsable vis-à-vis de l’équipe qui l’avait envoyé. Il était libre d’obéir au Saint-Esprit tout en étant soumis au corps d’anciens de l’église, ce qui était pour lui une grande protection. Il reconnaissait son appartenance à une équipe et le fait que chacun était prêt à donner sa vie pour les autres.

Pour communiquer la grâce de Dieu aux perdus

Jésus est l’exemple parfait de chacun des cinq ministères qu’Il a donnés pour le perfectionnement des saints. Ainsi, comme Il l’a lu dans Esaïe 61, Il a été envoyé pour “porter de bonnes nouvelles aux malheureux.” C’est cela l’onction de l’évangéliste. Elle lui donne le brûlant désir d’atteindre les perdus et d’annoncer la bonne nouvelle de Christ afin que le plus grand nombre se convertisse. Dans sa prédication, l’évangéliste n’a pas besoin de donner de grands enseignements ou des analyses théologiques, mais il prêche sur les souffrances, la mort et la résurrection de Christ, avec une démonstration de la puissance du Saint- Esprit. Les hommes, touchés dans leur cœur, se repentent et se tournent vers Jésus. Avec cette onction, le peuple ressentira toujours l’amour et la grâce de Dieu envers lui, il ne se sentira jamais condamné, jugé ou manipulé. C’est pour cela que le message de la croix est très important pour l’évangéliste, parce que c’est la croix de notre Seigneur Jésus qui démontre la profondeur de l’amour de Dieu pour nous.

Pour conduire à la repentance

Le vrai évangéliste sait aussi que pour être sauvé et purifié de nos péchés, la repentance est essentielle, et qu’il ne s’agit pas simplement “d’inviter Jésus dans nos cœurs” d’une façon superficielle. Dans Actes 2, Pierre a prêché le message simple de la croix de Christ, et quand les Juifs ont entendu ses paroles, ils ont été profondément touchés et se sont écriés : “Que devons-nous faire ?” Pierre ne leur a pas répondu : “Invitez Jésus dans vos cœurs.” Non ! Il leur a dit : “Repentez-vous...” Par cette onction et le message annoncé, le Saint-Esprit peut conduire les hommes à la repentance.

Pour équiper les chrétiens

Ephésiens 4 : 11-13

11 Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs,12 pour le perfectionnement des saints en vue de l'oeuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ,Lire la suite

 

 

Par ailleurs, selon ce verset, l’évangéliste joue un rôle important dans le perfectionnement des saints. Comme cela a déjà été mentionné, il a un rôle à jouer dans l’église locale comme dans le monde. Beaucoup de chrétiens se figurent à tort que l’évangéliste est un agent itinérant au service du Seigneur. Mais comment pourrait-il faire du bien à l’église locale s’il n’est jamais là ? Il doit pouvoir transmettre sa passion de gagner des âmes au peuple de Dieu et lui montrer l’importance de partager l’amour du Seigneur avec les autres. Témoigner de Jésus est un signe de notre maturité spirituelle et de ce fait, l’évangéliste contribue à la croissance des chrétiens. Nous devons reconnaître la nécessité de ce ministère dans l’église, de la même manière que nous voyons la nécessité des quatre autres ministères.

Envoyé par l’église dans le monde

Il est clair, bien entendu, qu’un vrai évangéliste doit sortir de l’église ! Il est libre d’aller là où le Seigneur le conduit, en raison de la relation, de la soumission et de la confiance qui existe entre lui et les autres anciens. Envoyé par l’église locale, il sait qu’il a le soutien des anciens et de l’église, et il rend compte de sa mission lorsqu’il revient.

Accompagné de miracles

Le signe distinctif d’un véritable évangéliste, ce sont les miracles et les guérisons qui accompagnent son message et qui démontrent la puissance de Dieu. En voyant la puissance du Saint-Esprit grâce aux miracles, la foi est communiquée dans les cœurs et beaucoup sont alors convaincus que Jésus est le Fils de Dieu et leur Sauveur. Les miracles sont souvent une plate- forme pour le salut des âmes.
Il est donc important que l’évangéliste, de par la responsabilité qui est la sienne, soit un exemple d’une vie donnée à Christ et à l’église.

Lindsay Lajeunesse, évangéliste, appartient à l’Eglise Chrétienne de Curepipe (île Maurice)

“Je travaille en accord avec l’équipe d’anciens de mon église locale”

Dès le début de ma conversion en 1977, j’éprouvais un désir ardent de partager l’Evangile avec ceux qui souffrent et qui ne connaissent pas le Seigneur. En 1980, lors d’une évangélisation à Rodrigues, alors que je priais pour les gens, le Seigneur a commencé à faire des miracles et en 1984, mon ministère d’évangéliste était tellement évident que le corps d’anciens n’a pas eu de difficulté à le reconnaître. Pourtant, même si j’annonçais l’Evangile, ma vie restait la même. Je mettais plus l’accent sur la délivrance et la guérison que sur la repentance et le salut. Beaucoup venaient pour voir les miracles et, dans mon manque de maturité, je me glorifiais de ce que Dieu faisait à travers moi. Mais quand le ministère apostolique a pris sa place dans l’église, j’ai compris que je devais “diminuer” pour que Christ soit formé en moi, et aujourd’hui, lors des évangélisations, il y a beaucoup plus de vraies conversions. Je reçois des directions du Seigneur pour évangéliser dans certains endroits, à certains moments, mais je travaille en accord avec l’équipe d’anciens de mon église locale à laquelle je suis soumis : quand je pars, je sais que le corps des anciens et l’église me soutiennent. On rend compte de ce que l’on fait les uns aux autres, c’est notre sécurité.

L'onction prophétique - Miki Hardy

Les cinq ministères

L'apôtre

L'évangéliste

Le ministère de prophète est l’un des cinq ministères de perfectionnement que Dieu a donnés aux hommes afin que les chrétiens parviennent à la maturité spirituelle. Sa définition la plus simple : il est le porte-parole de Dieu qui, inspiré par le Saint-Esprit, apporte à l’Eglise une direction divine, tout en lui adressant la correction de Dieu quand c’est nécessaire.  

 

 

© Photographe DNY59 - Istockphoto.com

Don de prophétie et ministère prophétique

Ces dernières années, le ministère prophétique a souvent été mal compris par les chrétiens qui ont eu tendance à n’en retenir qu’un seul aspect : la manifestation des dons de l’Esprit - prophéties, paroles de sagesse et paroles de connaissance. Pourtant, nous devons avoir une vision plus claire de ce qu’est le ministère prophétique et de son importance pour le peuple de Dieu.

L’apôtre Paul nous encourage tous à désirer les dons spirituels, particulièrement le don de prophétie. Mais le fait qu’un chrétien prophétise, ne fait pas de lui un prophète. Nous devons vraiment comprendre ce point car aujourd’hui, de nombreuses personnes se déclarent elles-mêmes prophètes parce qu’elles prophétisent. Les quatre filles de Philippe l’évangéliste n’étaient pas prophétesses, même si elles prophétisaient (Actes 21 8 : 9). Le prophète manifeste lui aussi des dons spirituels, mais en raison de l’onction et de l’autorité que Dieu lui a données, il apporte en plus un discernement et une vision spirituelle que Dieu utilise pour édifier et établir l’Eglise.

Le prophète de l’Ancienne Alliance

Dans l’Ancienne Alliance, l’un des principaux aspects du ministère du prophète était de ramener le cœur du peuple de Dieu vers Lui par la repentance. Dans 2 Samuel 12, nous voyons comment Dieu a choisi le prophète Nathan pour confronter le roi David qui avait péché. La parole prophétique de Nathan n’a pas condamné David. Au contraire, elle a produit en lui une tristesse selon Dieu et une repentance sincère. Cette facette de l’autorité de Dieu est puissamment démontrée à travers l’onction prophétique.

Le prophète de l’Ancienne Alliance avertissait le peuple pour qu’il puisse éviter le jugement de Dieu. La parole prophétique venait d’une manière claire et directe, et exposait l’état de son cœur. Dieu a ainsi oint différents prophètes pour apporter un message sans compromis, qui produisait une grande conviction et une crainte de Dieu. Quand le prophète “sonnait de la trompette”, le peuple savait que Dieu lui parlait sérieusement. Malheureusement, il endurcissait souvent son cœur vis-à-vis de Sa parole.

Le prophète de la Nouvelle Alliance

La première chose que nous devons comprendre c’est que, sous la Nouvelle Alliance aussi, un vrai prophète ne prophétise pas seulement de bonnes choses. L’onction prophétique devrait produire la crainte de Dieu dans l’Eglise, parce qu’elle dévoile le péché et proclame le chemin de la sainteté et de la sanctification.

Le meilleur exemple du ministère prophétique dans le Nouveau Testament est celui de Jésus lui-même. Dans Matthieu 3:12, Jean-Baptiste déclare:

Matthieu 3 : 12

12 Il a son van à la main; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point.

 

 

Jésus est venu prêcher un message de repentance, de purification, de séparation et de jugement, mais toujours avec un cœur rempli de grâce et d’amour. Dans Matthieu 21:12-13, nous Le voyons manifester l’onction prophétique.

Matthieu 21 : 12-13

12 Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons.13 Et il leur dit : Il est écrit : Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs.

 

 

Lorsqu’Il a vu des personnes acheter et vendre dans le temple, une sainte colère s’est emparée de Lui, Il a pris un fouet et a chassé les marchands. Cet aspect de Son ministère est souvent mal compris. Le Seigneur agissait dans la grâce et dans l’amour même lorsqu’Il s’exprimait de cette façon, parce qu’il fallait confronter et réprimander ceux qui considéraient la maison de Dieu comme un marché. Dieu choisit de parler de différentes manières mais Son cœur ne change jamais. Il est un Dieu d’amour et de miséricorde, mais Il est aussi un Dieu de justice et de vérité dont les attributs divins s’expriment à travers l’onction prophétique.

Le prophète est appelé à un travail très spécifique de purification dans l’Eglise des derniers jours qu’aucun autre ministère ne peut accomplir. S’il y a du péché, un vrai prophète va le déclarer sans crainte, mais jamais avec une autorité charnelle. De la sorte, l’Eglise ne va pas se sentir condamnée, mais elle va ressentir le cœur du Seigneur qui veut la conduire à la repentance. Le moment vient où les prophètes vont apporter une lumière là où il y a des ténèbres et exposer les motivations cachées des cœurs. L’onction prophétique apporte avec elle la purification et la séparation dans les cœurs des chrétiens.

L’apôtre et le prophète

Dans la Nouvelle Alliance, nous pouvons voir un autre aspect important de l’onction prophétique, comme dans Ephésiens 2 : 20.

Ephésiens 2 : 20

20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire.

 

 

D’après les vies de Paul et Barnabas, il est très clair que le prophète travaille étroitement avec l’apôtre pour poser la fondation de l’Eglise. Ces deux ministères ont une autorité spirituelle plus grande que les trois autres. L’apôtre reçoit et transmet la révélation de Christ, et le prophète s’assure que l’Eglise demeure dans la vérité et la saine doctrine.

Le prophète, membre du corps d’anciens

Les hommes peuvent tirer une grande gloire du fait que Dieu parle et agit à travers eux. C’est pourquoi être soumis et rendre compte à une équipe d’anciens dans une église locale est une protection vitale contre les abus possibles des prophètes. Contrairement à ce que l’on constate dans l’Eglise aujourd’hui, les prophètes du Nouveau Testament faisaient partie de la direction de l’église locale et étaient envoyés comme n’importe quel autre ministère. Dans Actes 15, nous lisons que les prophètes Judas et Silas avaient été envoyés depuis l’église de Jérusalem pour accompagner Paul et Barnabas de retour à Antioche. Si un homme n’est pas relié à une équipe mais exerce son propre ministère de manière indépendante, il peut se cacher derrière son appel et agir de sa propre autorité. Il peut déclarer ce qu’il veut et il n’y a personne pour lui dire certaines vérités concernant sa vie. Mais lorsqu’un prophète appartient à une équipe, il est redevable de ce qu’il dit et de la façon dont il agit. Il va accepter la confrontation et la correction apportées dans la vérité et dans la grâce. Sa vie est un livre ouvert devant les anciens de l’église et devant le peuple de Dieu.

Vrai ou faux prophète ?

La Bible nous avertit clairement que, dans les derniers temps, il y aura beaucoup de faux prophètes qui détourneront le peuple de Dieu en allant dans le sens des désirs de leur nature pécheresse. Mais Dieu va aussi élever de vrais prophètes qui seront des exemples dans l’Eglise, et l’onction sur leur vie apportera une plus grande protection dans la vie des chrétiens. Ils ne seront pas remplis d’orgueil et d’arrogance, ils ne se reposeront pas sur leurs propres capacités. Au contraire, ils auront un cœur brisé et contrit, et seront prêts à renoncer à eux-mêmes, à prendre leur croix et à suivre Jésus. Ils seront connus par leur identification à Ses souffrances et Sa mort et ils dégageront le parfum de la connaissance de Christ. Le temps des ministères indépendants est terminé et, dans les derniers temps que nous vivons, Dieu ramène l’ordre dans Son Eglise par l’onction prophétique.

Peter McKenzie est le pasteur d’Avon Christian Church à Ringwood, en Angleterre. Il est membre de l’équipe apostolique de CTMI (Church Team Ministries International).

“ Soumis à l’onction apostolique”

Dès les premières années de ma vie chrétienne, il était clair que le Seigneur voulait m’utiliser dans le ministère prophétique. Très rapidement, j’ai été conduit à voyager dans des églises de différents pays pour exercer mon ministère et expérimenter des manifestations prophétiques étonnantes du Saint- Esprit. Pour beaucoup, la bénédiction de ce ministère semblait claire, mais j’étais seul et vulnérable ! Par la grâce de Dieu, j’ai rencontré Miki Hardy dont l’onction apostolique m’a mis face à mon indépendance et mon orgueil. J’ai renoncé à exercer mon ministère de manière indépendante et j’ai soumis ma vie à cette onction. Aujourd’hui, l’onction prophétique a toujours une place importante dans ma vie et dans mon ministère, mais maintenant, je travaille au sein d’une équipe d’anciens à laquelle je rends compte. Ma vie est transparente devant ces hommes de Dieu. Je me sens en sécurité, et en même temps j’ai toujours la liberté de manifester cette onction prophétique. Ma joie aujourd’hui , c’est de voir que je contribue, avec les autres ministères, à amener les chrétiens des églises locales à la maturité spirituelle.

Introduction - Miki Hardy

Les cinq ministères

 

L'apôtre

Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils.  

 

 

Les Cinq Ministères

© Photographe None

Si vous avez passé du temps à lire la Bible, vous reconnaîtrez que la conversion au christianisme de l’apôtre Paul, qui a écrit ces mots, a été, sur la route de Damas, extraordinaire et unique. Il explique aux Galates - chapitre 1 versets 11 et 12 - que l’Evangile qu’il a prêché ne venait pas de l’homme et ne lui avait pas été enseigné, mais qu’il l’avait reçu directement de Jésus- Christ par révélation. Pourtant, ce qu’il prêchait n’était pas différent de ce que les autres apôtres annonçaient, le message de Christ et Christ crucifié. Et dans ses épîtres, il démontre que la prédication de la croix, qui est la puissance de Dieu, ne peut être efficace, pour présenter chaque homme parfait en Christ, qu’au travers des dons des cinq ministères.

L’Eglise primitive

De nos jours, malheureusement, de nombreux chrétiens reconnaissent l’existence des cinq ministères sans réaliser leur intérêt et sans comprendre leur rôle dans l’Eglise d’aujourd’hui. D’autres semblent troublés par l’impact possible de ces ministères sur leur ministère personnel, et préfèrent les ignorer et chercher ailleurs. Quelle que soit la croyance de chacun, aucun chrétien sincère ne peut conclure que les dons faits par Jésus aux hommes pour conduire et construire son Eglise étaient exclusivement destinés à l’Eglise primitive. Tout ce qui a été écrit dans le Nouveau Testament au sujet de ces ministères travaillant ensemble pour construire l’Eglise sera d’actualité aussi longtemps que celle-ci sera sur terre. Le même Esprit qui était à l’œuvre lorsqu’elle a commencé est toujours à l’œuvre aujourd’hui. Jésus n’a pas changé. Encore aujourd’hui, Il donne des ministères identiques à ceux qu’Il a donnés au commencement, et cela dans le même but : que son corps, l’Eglise, soit édifié et que son peuple arrive à la perfection en Lui. Dans les années sombres de la Chrétienté, ces cinq ministères avaient disparu pour un temps parce que le monde et la religiosité étaient entrés dans l’église. Mais aujourd’hui, Dieu est en train de les restaurer et d’emmener le peuple sur la vraie fondation, afin qu’il parvienne à la maturité et atteigne l’unité de la foi. C’est pour cela que ces ministères, qui ne peuvent qu’être unis par le message de l’évangile de la croix, sont primordiaux pour l’Eglise.

Des onctions différentes

Chacun de ces ministères est représenté par une onction spécifique, et chaque onction est différente. Tout le travail accompli par ces ministères dépend entièrement de l’onction qui leur est attachée. C’est pourquoi il est dangereux d’essayer de les définir par la façon dont nous pensons qu’ils “devraient” fonctionner. Cela conduit les hommes à s’approprier des titres et à imiter les autres. Jésus exerçait lui-même les cinq ministères et il les accorde comme il lui semble bon, pour que sa propre nature soit donnée à l’Eglise au travers d’hommes en qui Il investit son onction. Ainsi ces ministères représentent-ils Jésus dans l’Eglise. Quand ils travaillent ensemble dans l’unité, Christ est manifesté. L’autorité de l’Eglise de la nouvelle alliance est représentée par les cinq ministères et par les autres anciens de l’église locale, travaillant ensemble pour accomplir la volonté de Dieu. Par conséquent, une personne seule ne peut représenter qu’une partie de l’autorité de Christ dans l’église locale.

Travailler ensemble

Cela explique pourquoi, dans de nombreuses églises, les chrétiens ne peuvent grandir au-delà d’un certain point. En général, toute la nourriture spirituelle qu’ils reçoivent vient d’une seule onction, celle du pasteur. Tout tourne autour de lui, et tout commence et s’achève avec lui. Il y a des milliers d’églises qui n’ont pas de vraies relations avec d’autres ministères et d’autres églises, et qui sont totalement isolées. Mais dans le Nouveau Testament, il n’y a pas de ministères indépendants ni d’églises isolées. Au contraire, nous voyons de nombreuses églises locales, à travers l’Empire romain, reliées par les cinq ministères, travaillant et fonctionnant comme une seule église. C’est pourquoi le peuple de Dieu pouvait parvenir à la maturité. Il n’y avait pas de barrière de race, de culture, de langue, de nationalité ou de statut social !

De plus, les cinq ministères ne sont pas des ministères indépendants. Une personne seule ne peut pas accomplir l’œuvre de Dieu. Les cinq ministères travaillant ensemble sont essentiels pour l’Eglise. Dans l’Eglise aujourd’hui, on considère que si vous êtes enseignant, vous avez votre propre ministère, si vous êtes évangéliste, vous avez votre propre ministère, et si vous êtes prophète, vous avez votre propre ministère. Malheureusement, dans la plupart des cas, ces ministères ne sont reliés ni à l’église locale ni entre eux. La plupart d’entre eux sont totalement indépendants et ne rendent de comptes à personne. Ils prêchent ce qu’ils veulent, font ce qu’ils veulent et vont où bon leur semble. Je ne vois aucune trace de cette manière de faire dans le Nouveau Testament. En fait, je vois exactement le contraire. Je vois des ministères qui travaillent en relation les uns avec les autres, des hommes envoyés par une église locale dans une autre église locale afin d’équiper les chrétiens et d’édifier le corps de Christ. Et, dans tous les cas, je vois qu’ils étaient soumis les uns aux autres. Ce travail d’unité dans le même esprit est le fruit de l’évangile de la croix que ces ministères ont dans leur cœur.

La volonté de Dieu pour l’Eglise

Ainsi, les différents ministères sont envoyés. C’est un point essentiel qu’il nous faut comprendre. Nous voyons, dans le livre des Actes et dans les épîtres de l’apôtre Paul, qu’il était envoyé par son église locale, et lorsqu’il revenait, il rendait compte de sa mission parce qu’il avait été envoyé. Quand vous n’avez pas été envoyé, vous n’avez de comptes à rendre à personne. Vous êtes indépendant et vous faites ce que vous voulez. Pourtant, on voit dans les Ecritures que les ministères et les croyants étaient envoyés, de leur église locale, par l’apôtre ou par le corps d’anciens. L’apôtre Paul faisait partie du corps d’anciens de l’église locale d’Antioche. Il partait en voyage missionnaire et revenait. Lors de ses voyages, il construisait des relations durables avec ses compagnons et avec les autres hommes oints dans d’autres églises locales. De plus, il continuait à travailler en unité avec eux pour répandre l’Evangile et fortifier l’église.

Il y a de nombreux exemples dans le livre des Actes et les épîtres du Nouveau Testament qui montrent comment les cinq ministères travaillaient ensemble dans l’unité, afin d’équiper les chrétiens pour l’œuvre du ministère et conduire l’Eglise à la maturité. Nous voyons les apôtres travailler étroitement avec tous les autres ministères, qu’ils soient prophètes, évangélistes, pasteurs ou enseignants. Personne n’agissait dans l’indépendance, chacun reconnaissait le rôle et la valeur de l’autre et cela emmenait l’unité dans la foi et une ferme fondation pour l’Eglise. Tous ces ministères sont indispensables, parce que chaque onction est différente mais nécessaire pour la construction de l’Eglise. Les chrétiens sont alors capables de grandir dans la connaissance du Fils de Dieu et de parvenir à la maturité, en atteignant la plénitude complète de Christ (Ephésiens 4:13). C’est cela la volonté de Dieu pour son Eglise.

Construire des ministères qui portent du fruit

Vers la fin des années 80, j’ai expérimenté une intervention miraculeuse de Dieu qui a transformé ma vie. À cette époque, j’avais la charge d’une église et pourtant, je ne rendais aucun compte aux autres anciens. Nous étions un groupe de pasteurs oeuvrant dans différentes églises à travers l’île, et chacun avait son plan pour construire son petit royaume. Il n’y avait pas de réelle unité parmi nous mais plutôt des divisions, de la compétition, etc. J’agissais dans l’indépendance, je luttais avec un sentiment d’échec et j’étais de plus en plus déçu. J’étais découragé parce que le peuple que le Seigneur m’avait confié pour que j’en prenne soin n’était pas libéré du péché et semblait incapable de grandir en maturité. De plus, ma femme et moi avions des problèmes entre nous. J’étais prêt à tout abandonner. Mais Dieu, dans sa grâce, m’a conduit dans le livre des Actes et dans les épîtres de l’apôtre Paul, et j’ai commencé à voir ce que l’Eglise devait être. Le message de la croix m’a fait voir mon état, j’ai compris que le problème venait de moi et je me suis repenti devant le Seigneur. Dès que j’ai accepté de perdre ma vie, de prendre ma croix et de permettre au Seigneur de me briser et de me façonner, ce qui n’était pas facile à accepter, j’ai commencé à avoir de grandes victoires dans ma vie, dans mon couple, dans ma relation avec les anciens et dans le ministère. Le peuple de Dieu a ressenti le changement en moi et a répondu avec la même attitude de cœur. Ce qui est important, c’est que cette œuvre commence par le serviteur de Dieu.

Aujourd’hui, nous sommes en relation étroite avec différents ministères à travers le monde et nous travaillons ensemble pour construire l’Eglise. Je vois les cinq ministères à l’œuvre, portant du fruit dans les églises locales, et les chrétiens édifiés et emmenés à la maturité en Christ. Je suis convaincu que c’est le seul chemin pour que l’Eglise se lève et sorte de l’ombre afin de faire briller la lumière de Jésus dans le monde entier.

Le rôle de chaque ministère

Selon la grâce de Dieu, dans chaque onction des cinq ministères il y a une autorité spirituelle différente. Ainsi, l’apôtre et le prophète ont une autorité plus grande que les autres ministères.

L’apôtre pose la fondation, il révèle Christ et le cœur de Christ pour l’église. En d’autres mots, chaque chrétien qui reçoit le message apostolique sait, depuis le début de sa conversion, qu’il a perdu sa vie, qu’elle ne lui appartient plus. L’apôtre est un père pour beaucoup d’églises, de responsables d’église et de chrétiens, car il apporte un élément de sécurité et de protection
à l’église grâce à l’onction qui est dans sa vie. De ce fait, il est facile de comprendre que ce ministère et cette onction apportent l’unité entre les églises locales. L’apôtre est aussi celui qui protège la saine doctrine de Christ.

Le prophète a le rôle très spécifique d’être le porte-parole de Dieu, inspiré par le Saint-Esprit. Dans le Nouveau Testament, c’est Jean-Baptiste qui décrit le mieux ce ministère. Lorsqu’il parle de Jésus, il dit: “Il a son van à la main ; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint point.” C’est le ministère d’autorité qui prêche la repentance, la purification et la séparation, dans la crainte de Dieu.

L’évangéliste est consumé par le désir de proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ pour le salut des âmes, et il est prêt à donner sa vie pour ce but. Son message est simple mais puissant et souvent accompagné de miracles et de guérisons. La présence de l’évangéliste dans les églises locales est importante parce que son onction inspire les chrétiens et les encourage à partager la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ.

Comme un bon berger, le pasteur veille sur le peuple de Dieu, le nourrit et le protège. Son onction lui donne de l’autorité sur l’église locale, mais il ne l’utilise pas pour dominer les autres anciens et les chrétiens qui lui sont confiés.

L’enseignant est oint pour construire sur la fondation posée par les apôtres et les prophètes, en communiquant la doctrine biblique de Christ d’une manière claire et précise. Il aime tout particulièrement “creuser” profondément la Parole, et son onction lui permet de communiquer la vérité à l’église.

Les cinq ministères ne sont pas des ministères indépendants. Ils font tous partie du corps d’anciens de leur église locale et ils travaillent tous ensemble dans l’unité, afin que les saints puissent bénéficier des différentes onctions et être équipés pour l’œuvre du ministère.

 LES FRUITS DE L’ESPRIT

Le Fruit de notre esprit - Andrew Wommack

8 commentaires

Lorsqu’un homme ou une femme est né(e) de nouveau, un changement fondamental prend place en eux, au cœur de leur être. Leur vieil esprit pêcheur est enlevé pour être remplacé par un nouvel esprit pur. Au même instant, Dieu Lui-même, sous la forme du Saint Esprit, vient habiter en eux. Ce nouvel esprit pur devenant un avec l’Esprit de Dieu, formant ainsi une unité spirituelle similaire à celle de l’union physique qui se fait lors de relations sexuelles.1 Ces changements principaux au plus profond de nous-mêmes ont une telle portée significative que Paul nous dit que nous sommes devenus de nouvelles créatures.2

 

 

© Photographe Olga Lyubkina - iStockphoto.com

Galates 5 : 22-23

22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité,23 la douceur, la tempérance; la loi n'est pas contre ces choses.

 

 

Le fait que nous avons maintenant Dieu, en personne, qui habite en nous3 a beaucoup de conséquences majeures; et non des moindres : c’est que le Saint-Esprit est constamment et simultanément en train de produire et de communiquer dans notre esprit ce que Paul appelle “le fruit de l’Esprit – l’amour, la joie, la paix, la patience, la douceur, la bonté, la bienveillance, la foi, l’humilité et la maîtrise de soi.4

 

Ceux-ci constituent la véritable nature et les attributs de Dieu Lui-même, et tout comme la lumière peut se séparer en différentes composantes lorsque l’on utilise un prisme pour former la lumière, le fruit (singulier) de l’Esprit peut aussi se séparer en neuf parties distinctes. Ceci nous permet de comprendre plus facilement de quelle manière la nature de Dieu se reproduit en nous.

Ce fruit est le produit du Saint-Esprit, et non la somme totale de nos efforts pour le produire.5 Par contre, parce que le Saint-Esprit et notre esprit sont unis,1 notre esprit est toujours rempli des attributs de Dieu bien que cela ne se reflète peut-être pas dans nos émotions. La raison en est la suivante: le fruit de l’Esprit est directement communiqué à notre esprit, et non dans notre âme où les émotions sont ressenties. C’est pour cela que nous pouvons nous retrouver dans une position contradictoire : celle d’avoir notre esprit se baignant dans la joie tout en se sentant déprimé(e) ou en ayant nos émotions au milieu de la tempête alors que la paix de Dieu nous remplit au plus profond de notre être. Ces mêmes contradictions entre les émotions humaines se trouvant dans notre âme et la vie abondante et irradiante de Dieu présente dans notre nouvel esprit né de nouveau, peuvent se retrouver en corrélation avec chaque composant du fruit de l’Esprit.

Renouveler notre pensée par la Parole de Dieu

Alors que nos émotions de l’âme fluctuent de manière incontrôlable, faisant des remous comme les vagues de la mer – le fruit de l’Esprit n’agit pas ainsi. Notre esprit est toujours rempli d’un fruit selon Dieu. Il n’est jamais déprimé ou inquiet ou dans l’incrédulité, etc. Lorsque nous comprenons et apprécions le fait qu’il est possible pour nous de manifester le fruit de l’Esprit qui se trouve dans notre esprit afin de le transmettre à notre âme afin que les émotions de notre âme se soumettent au flot de la vie de Dieu, nous serons mis devant un choix : celui de laisser les émotions de notre âme nous dominer, ou celui de laisser le Saint-Esprit manifester Son amour, Sa joie, Sa paix etc.par le biais de notre esprit né de nouveau pour aller dans le domaine de l’âme.

Comment pouvons-nous le faire? En renouvelant notre pensée par la Parole de Dieu.

Prenons l’exemple de la paix. Si notre pensée est dans le tumulte et que nous ne savons pas quoi faire à cause des circonstances dans lesquelles nous nous trouvons : au lieu de cela, nous pouvons jouir d’une paix surnaturelle qui dépasse toute intelligence,6 qui, si nous sommes nés de nouveau, réside déjà dans notre esprit. Nous le faisons en méditant ce que les Écritures ont à nous dire au sujet de la paix et en faisant ce que Dieu nous demande de faire par ces Écritures. Ainsi, Paul écrit dans Philippiens 4:6-7 : “Ne vous inquiétez de rien – (cela nous indique, ici, que nous avons en fait une autre possibilité qui nous est offerte). Quelle que soit notre situation, nous avons le choix de nous inquiéter au sujet de la situation ou le choix –par le moyen d’une décision venant de notre volonté – de ne pas nous inquiéter. Paul nous instruit que la décision que nous devons prendre est de ne pas s’inquiéter). L’étape suivante est – “en toutes choses” (quelque soit le problème) “par la prière et des supplications, avec des actions de grâces, faites connaître vos besoins à Dieu” – parlez de vos problèmes à Dieu, demandez-Lui de vous aider et remerciez-Le de ce qu’Il a entendu vos prières et qu’Il y répondra. Dans le verset qui suit, nous voyons le résultat de ces choses: “...et la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Christ-Jésus.” Si nous l’associons avec la méditation d’autres passages similaires de l’Ecriture sur la paix tels qu’

Esaïe 26 : 3

3 A celui qui est ferme dans ses sentiments Tu assures la paix, la paix, Parce qu'il se confie en toi.

 

 

Colossiens 3 : 15

15 Et que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos coeurs. Et soyez reconnaissants.

 

 

(ndlr : dans la version anglaise ; il est indiqué « Laissez la paix de Dieu… « ),” Coopérez avec Dieu en obéissant à la vérité et aux commandements révélés par elle : c’est alors que nous découvrirons la paix surnaturelle dans notre cœur – et cette paix sera totalement indifférente aux problèmes à l’origine du tumulte, que ces derniers soient résolus ou non. C’est la paix de Dieu et qui, véritablement, dépasse notre intelligence!

Discipline

Il faut de la discipline pour renouveler notre pensée par la Parole de Dieu et pour obéir à Ses instructions afin de voir la manifestation du fruit de l’Esprit dans notre âme. La manifestation de l’amour de Dieu, Sa joie, Sa paix, Sa patience, douceur, bonté, bienveillance, foi, humilité et maitrise de soi ; dans une mesure qui ne cesse d’augmenter dans notre vie, est, par contre, directement proportionnelle à la mesure que nous donnons à cet exercice de discipline. Par conséquence, chaque chrétien manifeste exactement autant de fruit de l’Esprit qu’il est déterminé à le faire! Tout est déjà là dans notre esprit, mais c’est là aussi que cela va exactement rester– sans avoir de conséquences apparentes dans notre vie – à moins que nous décidions qu’il en soit autrement! Il est possible de vivre notre vie dans la misère la plus abjecte et cependant avoir la joie du Seigneur en nous – tout comme cet homme qui demeure à côté d’un puits mourant de soif, tout simplement parce qu’il ne fait pas l’effort de puiser de l’eau de ce puits!

Les fruits de l'Esprit

Regardons d’un peu plus près ce fruit afin que nous puissions bien comprendre ce que Dieu a déposé en nous.

L'amour

Premièrement – l’amour, qui est désigné par Paul comme étant un fruit de l’Esprit, est l’amour ‘agape’. Dieu est amour, la plus haute expression d’amour qui soit, et, chose intéressante, qui a si peu à voir -sinon rien, avec nos sentiments ou affection. Ce mot a été défini comme “recherchant le bien-être ou l’amélioration des autres, même lorsque cette affection n’est pas ressentie ” (paraphrase de “Happiness Explained” (« Bonheur expliqué ») de Bob Rigdon). Jésus a démontré cette sorte d’amour en allant à la croix et en mourant même s’Il ne se sentait pas de le faire.7 Il l’a fait pour notre bénéfice, allant à l’encontre des sentiments propres qu’il avait au sujet de la croix. C’est cette sorte d’amour que Dieu a déposé en nous et qui nous rend capables d’aimer nos ennemis et de rechercher leurs meilleurs intérêts, en dépit de ce que nous pouvons ressentir.8

La joie

Ensuite – La joie - Néhémie a clairement dit que la joie du Seigneur est ce qui nous rend forts.9 Cette joie ne dépend pas des circonstances, et, comme beaucoup l’ont prouvé, il est fort possible d’être joyeux au milieu même d’une tribulation10 en ayant notre pensée et notre cœur fixés sur les choses d’en haut et non sur les choses de ce monde.11 Tous les problèmes de cette vie pâlissent comparés à la Gloire de Dieu qui est à venir par Jésus – et alors que nous fixons notre attention sur ces choses et que nous nous en réjouissons, la joie du Seigneur est puisée au sein de notre esprit pour l’amener au domaine émotionnel. Au contraire, si nous fixons notre attention sur les choses de ce monde, notre joie venant de Dieu va rapidement s’écouler comme de l’eau sur du sable..

La paix

Le mot Grec traduit par “paix” embrasse à la fois la signification de “bien-être, incluant le repos, la protection, la liberté de tous soucis, que celui de la loyauté, et, comme Jésus l’a dit à Ses disciples,12 cette paix diffère de celle que le monde a à offrir, qui est une simple absence de problèmes. Comme nous l’avons déjà mentionné, Esaïe nous dit que lorsque notre pensée est fixée sur Dieu et que nous avons foi en Lui, nous jouirons d’une paix parfaite.13

La patience

La patience – est la “capacité à endurer dans le calme” La patience n’est pas passive comme beaucoup de personnes le pensent, mais active. En fait, il s’agit d’une foi soutenue pendant une longue période de temps. Nous montrons de la patience lorsque nous croyons activement en la manifestation de la promesse de Dieu contre vents et marées, sans tenir compte de combien de temps cela prendra. Et, comme c’est le cas pour tous les fruits spirituels, la patience se manifeste de notre esprit pour se transférer dans notre âme lorsque nous méditons les Ecritures.14 Les Ecritures nous donnent l’espérance, et la patience est un sous-produit de l’espérance.15

La bienveillance et l’humilité

La bienveillance et l’humilité sont étroitement liées et souvent considérées comme étant de faibles qualités. C’est le contraire qui est vrai. La bienveillance est en fait une bonté mise en pratique sans qu’il y ait de rudesse ou de sévérité. Et le mot Grec utilisé signifie « exceller moralement dans son caractère ou son attitude, en bonté ou en gentillesse. L’humilité est étroitement lié – elle signifie “être bienveillant et gentil16 et inclus la douceur et la soumission. Jésus s’est décrit comme étant Lui-même humble17 – Il avait toute la puissance mais Il ne voulait pas l’utiliser pour s’auto-promouvoir. Comme Il nous l’a dit, les humbles hériterons la terre!18

La bonté

Jésus a aussi clairement dit qu’il n’y avait qu’une seule personne qui soit “bonne” et que c’était Dieu.19 Donc, lorsque nous lisons dans Galates 5:22 que la bonté fait partie du fruit de l’Esprit, nous avons besoin de comprendre que, cette bonté qui a été impartie dans notre esprit, est du même niveau de bonté que Dieu Lui-même manifeste. Il ne s’agit pas de ce qui passe comme étant de la bonté dans la vie de tous les jours. Dieu nous communique cela, afin que nous aussi, nous manifestions Sa bonté dans notre caractère (âme) et que nous la manifestions dans notre vie.

Là encore, la foi que Dieu nous transmet est Sa propre foi. 20 et il s’attend à ce que nous l’utilisions et que nous vivions par elle21 de la même manière que Jésus l’a fait.

La maîtrise de soi

Finalement, nous avons la maîtrise de soi – il s’agit là d’un des attributs de Dieu les plus précieux – Dieu ne perd jamais le contrôle des choses. Tandis que Ses traits se manifestent en nous de plus en plus, nous découvrirons que notre capacité à contrôler nos émotions et comportement grandissent de plus en plus!

Versets utilisés pour étude approfondie

  • 1. 1 Corinthiens 6:17
  • 2. 2 Corinthiens 5:17
  • 3. 1 Corinthiens 3:16; 1 Jean 3:24
  • 4. Galates 5:19-20
  • 5. Romains 12:2
  • 6. Philippiens 4:7
  • 7. Matthieu 26:39; Marc 14:36; Luc 22:41-43; Jean 18:11
  • 8. Luc 6:35; Romains 12:20-21
  • 9. Néhémie 8:10-12
  • 10. Jean 16:33
  • 11. Colossiens 3:1-2
  • 12. Jean 14:27
  • 13. Esaïe 26:3
  • 14. Romains 15:4
  • 15. Romains 8:25
  • 16. 1 Corinthiens 4:21; 2 Corinthiens 10:1; Galates 5:23; 6:1; Ephésiens 4:2; Colossiens 3:12; 1 Timothée 6:11; 2 Timothée 2:25; Tites 3:2
  • 17. Matthieu 11:29
  • 18. Matthieu 5:5
  • 19. Matthieu 19:17
  • 20. Galates 2:20
  • 21. Romains 1:17; Galates 3:11; Hébreux 10:38; Habakuk 2:4
  • Alors pourquoi le parler en langues?
  • Dans la suite du passage qui vient d'être évoqué, la Bible dévoile déjà une utilité du parler en langues: celle de communiquer un message divin. En d'autres termes, Dieu descend par son Esprit sur une personne et la fait parler en langues pour communiquer un message. C'est en cela que Paul recommande de prier pour recevoir aussi le don d'interprétation des langues en plus du don de parler en langues.
  • Cependant, si le parler en langues n’était que pour communiquer une parole de Dieu à son peuple, pourquoi le Seigneur n'utiliserait pas plus simplement le don de prophétie ? Car là où le don de prophétie seul suffit, il faut bien deux dons, à savoir le don de parler en langues et le don d’interprétation des langues, pour répondre au même besoin. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

En réalité, le Seigneur a permis le parler en langues et le permet aujourd'hui encore parce que le parler en langues est important pour notre adoration et notre relation avec Lui, Dieu.

  •  
  • La Bible parle encore du parler en langues en tant qu'action de grâces à Dieu.
  • Là encore, on doit bien pouvoir se douter que le parler en langues apporte  un plus par rapport à toute action de grâces ordinaire en langue connue, parce que si ce n'était pas le cas, il n'y aurait aucun intérêt à le manifester. Naturellement, en effet, nous rendons grâce à Dieu en langue connue, pourquoi rajouter une langue surnaturelle  pour n'y apporter rien de nouveau? La Bible dit du parler en langues que c'est une "excellente" action de grâces à Dieu (1 Corinthiens 14:17); autrement dit c'est une action de grâce qui correspond à la Perfection de Celui à qui on s'adresse; l'action de grâces en langues surclasse alors tous les autres types d'actions de grâces.
  • Abordons encore à présent d'autres aspects qui démontrent l'importance capitale du parler en langues pour les enfants de Dieu :
  • Le parler en langue édifie :
  • 1 Corinthiens 14 : 4
  • 4 Celui qui parle en langue s'édifie lui-même; celui qui prophétise édifie l'Eglise.
  •  
  • S’édifier, c'est se bâtir, se construire, en d’autres termes, au fur et à mesure que vous parlez en langues, vous n’édifiez certainement pas les autres mais vous vous édifiez vous-même, vous vous bâtissez spirituellement, vous vous construisez votre "personnalité spirituelle", vous fortifiez votre armure spirituelle. Le parler en langues n'est pas le combat mais il nous fortifie pour le combat. Ceux qui disent ne pas en avoir besoin, n'ont-ils peut être pas grand chose à combattre dans leurs vies! mais si vous avez besoin de fortification spirituelle, Dieu lui-même vous a donné un moyen pour ça, un moyen d'être connecté pour la recevoir!
  • Oui, car rappelons-nous que le parler en langues est d'origine divine: c'est un phénomène donné par Dieu. Il est spirituel et non pas physique. En réalité, il fonctionne comme un point de connexion entre nous et cette dimension de Dieu. Le parler en langues ouvre donc notre vie sur des possibilités au-delà du monde physique. Il appelle sur nous une dimension qui n’est pas de ce monde, la dimension divine. Celui qui est rempli de l’Esprit parle en langues et celui qui parle en langues sera toujours plus rempli de l’Esprit de Dieu! Celui qui parle en langues sera, par le parler en langues, connecté à Dieu pour penser comme Dieu, agir comme Dieu,  parler comme Dieu.
  • Mettez-vous donc non pas du côté de ceux qui critiquent le don de Dieu, au risque de faire passer Dieu lui-même pour un insensé, mais plutôt du côté de ceux qui reconnaissent la valeur du don de Dieu et qui le pratiquent sans se laisser décourager par les autres qui, parfois malgré leur bonne foi, n'arrivent pas encore à comprendre.
  • Vous l’aurez donc compris: le parler en langues a été envoyé des cieux premièrement pour nous et non pas premièrement pour Dieu lui-même. Utilisons et exploitons pleinement cette ressource surnaturelle que Dieu nous a léguée pour notre édification spirituelle chrétienne.
  • Soyez bénis!

 

L 'Onction du Prophète - Olivier Derain

Tout savoir sur l'Onction

3 commentaires

L’Onction du Ministère pour prêcher et enseigner

L'Onction de l’Apôtre

Chapitre 4: L 'Onction du Prophète.

Comme nous l'avons vu, Jésus a eu toutes les onctions en même temps, pour exercer tous les ministères à la fois.

2 Timothée 1 : 2

2 à Timothée, mon enfant bien-aimé : que la grâce, la miséricorde et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Seigneur !

 

 

Paul nous dit qu'il était prédicateur, apôtre et enseignant.

Actes 13 : 1

1 Il y avait dans l'Eglise d'Antioche des prophètes et des docteurs : Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul.

 

 

Paul était aussi prophète, c'est au travers de son ministère prophétique qu'il a pu enseigner ce qu'il avait reçu par révélations.

Galates 1 : 12

12 car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ.

 

 

Un certain nombre de serviteurs de Dieu ont plusieurs onctions à la fois.

Même dans l'AT, David fut revêtu de plusieurs onctions, il était roi et prophète (voir les psaumes prophétiques).

Il y a une différence entre l'onction que l'on reçoit pour donner une simple prophétie, et l'onction du prophète.

Tous les croyants devraient expérimenter l'onction pour prophétiser.

1 Corinthiens 14 : 1-31

1 Recherchez la charité. Aspirez aussi aux dons spirituels, mais surtout à celui de prophétie.2 En effet, celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c'est en esprit qu'il dit des mystères.Lire la suite

 

 

Le simple don de prophétie, c'est exhorter, encourager et réconforter.

Prophétiser ne fait pas de vous un prophète

Voici ce que disait, concernant l'onction du prophète, Kenneth Hagin qui était prophète lui-même : "Souvent, lorsque je suis dans une réunion, prêt à enseigner, je sens venir sur moi l'onction prophétique. Elle est différente de celle que l'on ressent lorsque l'on exerce le simple don de prophétie, c'est beaucoup plus profond et beaucoup plus fort. C'est la même onction, car elle vient du même Saint-Esprit, mais c'est comme si elle était multipliée par 100 !"

Ce n'est pas le prophète qui choisit de prophétiser ou de recevoir des révélations, c'est le Saint-Esprit qui l'utilise et qui choisit le moment. Le prophète n'appuie pas sur le « bouton » pour commencer à prophétiser comme il le veut, mais il est soumis à l'Esprit.

Souvent, l'onction de Dieu commence à se mouvoir sur un prophète, lorsqu'il prêche ou enseigne, et il exerce le ministère prophétique en faisant part de révélations ou de visions. Cette onction ne vient pas selon sa volonté, mais selon celle de Dieu.

Le prophète n'exerce pas son ministère tout le temps. Certains veulent absolument montrer que Dieu les utilise en tant que prophètes, et ils essaient de donner des "révélations" à chaque réunion : Cela n'est pas biblique.

L'onction du prophète est toujours là, potentiellement, mais elle ne se manifeste pas toujours. Ceux qui sont appelés à ce ministère doivent étudier la Parole, et être prêts à laisser la place à l'Esprit pour qu'Il les utilise, mais en aucun cas ils ne peuvent exercer à volonté ce ministère.

Nous ne pouvons pas exercer le ministère sous l'onction, 24 h/24, sinon nous mourrons de fatigue. Notre corps mortel ne peut qu'absorber une certaine dose de la puissance de Dieu.

2 Rois 5 : 3

3 Et elle dit à sa maîtresse : Oh ! si mon seigneur était auprès du prophète qui est à Samarie, le prophète le guérirait de sa lèpre !

 

 

Luc 4 : 7

7 Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi.

 

 

Elisée était oint en tant que prophète, pourtant seul Naaman fut guéri.

Nous ne contrôlons pas l'onction, nous devons apprendre à nous laisser porter par elle, pour que l'Esprit puisse agir en nous selon Ses directives. Nous devons apprendre à exercer le ministère sous l'onction.

La musique inspirée fait croître l'onction

Il est important de comprendre le rôle de la musique, lorsque quelqu'un est oint en tant que prophète.

2 Rois 3 : 13-14

13 Elisée dit au roi d'Israël : Qu'y a-t-il entre moi et toi? Va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. Et le roi d'Israël lui dit : Non! car l'Eternel a appelé ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab.14 Elisée dit : L'Eternel des armées, dont je suis le serviteur, est vivant ! si je n'avais égard à Josaphat, roi de Juda, je ne ferais aucune attention à toi et je ne te regarderais pas.

 

 

Nous en donne une illustration dans le ministère d'Elisée.

Rappelons que, dans l'AT, seuls le roi, le prophète et le sacrificateur étaient oints par le Saint-Esprit, pour remplir ces différentes fonctions.

2 Rois 3 : 13-16

13 Elisée dit au roi d'Israël : Qu'y a-t-il entre moi et toi? Va vers les prophètes de ton père et vers les prophètes de ta mère. Et le roi d'Israël lui dit : Non! car l'Eternel a appelé ces trois rois pour les livrer entre les mains de Moab.14 Elisée dit : L'Eternel des armées, dont je suis le serviteur, est vivant ! si je n'avais égard à Josaphat, roi de Juda, je ne ferais aucune attention à toi et je ne te regarderais pas.Lire la suite

 

 

Un ennemi était venu contre la nation d'Israël, qui était alors divisée. Josaphat appelle Elisée qui demande qu'on lui amène un joueur de harpe, et c'est alors que la main du Seigneur, ou l'onction, fut sur lui.

Les personnes, qui dirigent la louange, font partie du ministère d'aide décrit dans:

1 Corinthiens 12 : 28

28 Et Dieu a établi dans l'Eglise premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues.

 

 

La Bible nous montre clairement que la musique nous aide à adorer Dieu, et que si nous adorons Dieu, Sa présence va se manifester. L'onction, c'est la présence manifeste de Dieu. Lorsque David jouait de la harpe, le mauvais esprit qui troublait Saül s'écartait:

1 Samuel 16 : 23

23 Et lorsque l'esprit de Dieu était sur Saül, David prenait la harpe et jouait de sa main; Saül respirait alors plus à l'aise et se trouvait soulagé, et le mauvais esprit se retirait de lui.

 

 

Ceux qui dirigent la louange et l'adoration ont une grande responsabilité. C'est eux qui doivent amener le peuple dans l'adoration, c'est-à-dire dans la présence de Dieu. S'ils sont eux-mêmes dans l'onction, donc qu'ils se laissent guider par le Saint-Esprit, alors Celui-ci se manifeste; si l'équipe de louanges n'est pas dans l'Esprit, elle peut réduire à néant une réunion. La musique affecte l'onction dans une réunion. Ceux qui dirigent la louange doivent se mettre dans l'Esprit, avant de chanter.

Il est important de comprendre que l'onction peut être coupée par des actes de la chair (quelqu'un qui se met à jouer un chant qui n'est pas dans l'Esprit, ou donne un témoignage inapproprié ou encore donne une 'parole'). L'onction peut venir dans une réunion et se retirer.

« La main du Seigneur » (Ez. 8 : 1) , « Le manteau » (2 Rois 2 : 13 et 14) et « double portion de l'Esprit » (2 Rois 2 : 9) sont des expressions similaires à l'onction.

Ezéchiel 8 : 1

1 La sixième année, le cinquième jour du sixième mois, comme j'étais assis dans ma maison, et que les anciens de Juda étaient assis devant moi, la main du Seigneur, de l'Eternel, tomba sur moi.

 

 

Ezéchiel 37 : 1

1 La main de l'Eternel fut sur moi, et l'Eternel me transporta en esprit, et me déposa dans le milieu d'une vallée remplie d'ossements.

 

 

Ezéchiel 40 : 1-2

1 La vingt-cinquième année de notre captivité, au commencement de l'année, le dixième jour du mois, quatorze ans après la ruine de la ville, en ce même jour, la main de l'Eternel fut sur moi, et il me transporta2 dans le pays d'Israël. Il m'y transporta, dans des visions divines, et me déposa sur une montagne très élevée, où se trouvait au midi comme une ville construite.

 

 

Ici, Ezéchiel dit bien que c'est au moment où l'onction de Dieu est venue sur lui qu'il s'est mis prophétiser, pourtant il était prophète :

Actes 10 : 44

44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.

 

 

L'Esprit de Dieu était descendu sur eux tous

Parfois, l'onction de Dieu peut rester en action sur quelqu'un pendant plusieurs heures:

Ezéchiel 33 : 22

22 La main de l'Eternel avait été sur moi le soir avant l'arrivée du fugitif, et l'Eternel m'avait ouvert la bouche lorsqu'il vint auprès de moi le matin. Ma bouche était ouverte, et je n'étais plus muet.

 

 

Luc 1 : 20

20 Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, qui s'accompliront en leur temps.

 

 

Actes 13 : 11

11 Maintenant voici, la main du Seigneur est sur toi, tu seras aveugle, et pour un temps tu ne verras pas le soleil. Aussitôt l'obscurité et les ténèbres tombèrent sur lui, et il cherchait, en tâtonnant, des personnes pour le guider.

 

 

Ces personnes ne furent pas frappées de maladie, mais leurs sens naturels furent suspendus pour un temps. Dieu n'a pas de maladie dans le Ciel, donc Il ne peut pas en envoyer ! C'est Sa puissance qui est venue sur Zacharie et sur Elymas. Il existe un certain nombre de témoignages, surtout dans les périodes de réveil, où l'Esprit de Dieu a saisi des personnes, et les a rendues muettes pour un temps.

Nous devons comprendre que l'onction peut amener une bénédiction ou un jugement sur les personnes.

 

 

 

Les dons spirituels - Otto Taner

Les dons spirituels

7 commentaires

 

La parole de sagesse

 

© Photographe Amanda Rohde - istockphoto.com

A. HISTORIQUE

Importance des dons spirituels durant la période apostolique et post-apostolique

Durant la période apostolique

L'église primitive nous a donné des preuves nombreuses de la manifestation de tous les dons dans 1 Corinthiens 12 : des malades étaient miraculeusement guéris, des possédés entièrement délivrés, des imposteurs démasqués, et des morts ressuscitaient. Beaucoup exerçaient le don des langues, prophétisaient, priaient et glorifiaient Dieu par des cantiques spirituels, selon ce que l'Esprit leur donnait d'exprimer.

La parole de connaissance, la parole de sagesse et le don de discernement occupaient aussi une place importante dans le ministère particulier de l'apôtre.

Dieu avait donné les dons spirituels pour toute la dispensation de la grâce, et une étude approfondie de l'histoire de l'Église nous montrera très clairement qu'ils furent exercés à diverses époques, en diverses circonstances, et à divers endroits, comme Dieu le désirait.

Durant la période post-apostolique

Justin Martyr (108 - 180) écrit : « Si vous désirez la preuve que l'Esprit de Dieu est venu chez nous, venez donc à l'une de nos réunions, et vous verrez comment les démons sont chassés et les malades guéris, vous entendrez les gens parler les langues nouvelles et prophétiser ».

Irénée (115 - 202) écrit : « De la même manière, nous entendons aussi dans l'église tant de nos frères qui ont le don de prophétie, qui par le Saint-Esprit parlent diverses langues et qui, pour l'édification des autres, mettent en lumière ce qui est caché et proclament les mystères de Dieu ».

Terreullien (160 - 220) écrit : « Mettez au défi Marcion (un hérétique) de vous nommer ceux qui parmi ses disciples possèdent les dons spirituels. Qu'il me montre donc des prophètes qui, non par l'entendement humain mais par l'Esprit éternel, peuvent prédire des choses qui doivent se produire, et qui peuvent révéler les secrets cachés des cœurs. Qu'il me montre donc ceux qui peuvent chanter des psaumes et prier par l'Esprit, ceux qui sont exercés à recevoir des visions - à condition bien sûr que tout ceci soit inspiré par l'Esprit ».

Chrysostome (347 - 407) et Augustin (354 - 430) confirment également que les dons spirituels se manifestaient à leur époque.

Wesley affirme que les « Montanistes » (mouvement de réveil des 2e et 3e siècles) jouissaient aussi des bénédictions des dons spirituels. L'Église n'a pu en bénéficier, uniquement parce que les chrétiens traditionalistes et orthodoxes tournaient en ridicule ces dons qu'ils ne possédaient pas eux-mêmes.

Parmi les Vaudois du Piémont (11e - 12e siècle), les Huguenots (16e - 17e siècle) et les Protestants des Cévennes (France) certains parlaient en langues, prophétisaient et faisaient l'expérience de nombreux miracles.

Le Docteur Sauer écrit : « Le Docteur Martin Luther était prophète et évangéliste ; il parlait en langues et pouvait interpréter ces langues ».

Le Docteur James Gray écrit à propos de Marc 16 : « Tous ces signes accompagnent encore la proclamation de l'évangile sur les champs de mission, et sans aucun doute, ils se répandront et se manifesteront dans le monde entier à la fin de notre dispensation ».

À leurs débuts, le mouvement baptiste et l'Armée du Salut ont également connu la manifestation des dons spirituels

Pourquoi ces dons sont-ils absents de certaines de nos églises actuelles ?

Certains enseignent que ces dons n'étaient nécessaires que pour la fondation de l'église, et que par conséquent, ils sont superflus au stade actuel. Cependant, nous n'avons aucune preuve scripturaire qui justifie une telle affirmation. Bien au contraire,

Romains 11 : 29

29 Car Dieu ne se repent pas de ses dons et de son appel.

 

 

Il ne marque pas non plus de préférence pour telle ou telle personne, ni pour telle ou telle époque de l'Église

Ephésiens 6 : 9

9 Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n'y a point d'acception de personnes.

 

 

Durant toute notre dispensation, Jésus reste Celui qui donne de façon parfaite:

Hébreux 13 : 3

3 Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous étiez aussi prisonniers; de ceux qui sont maltraités, comme étant aussi vous-mêmes dans un corps.

 

 

Par conséquent, chacune de ses promesses est accordée sans condition à tout chrétien de toute génération.

Marc 16 : 17-18

17 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues;18 ils saisiront des serpents; s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris.

 

 

De plus, nous savons que selon Ephésiens 4 : 11 - 14, les dons et les ministères sont indispensables au perfectionnement des saints.

Certains disent que la première Église avait besoin de ces dons pour être conduite et dirigée, car à cette époque elle ne disposait pas des écrits du Nouveau Testament. Cependant, si nous lisons attentivement notre Bible, nous découvrirons que l'Église primitive sondait déjà les Saintes Ecritures, c'est-à-dire l'Ancien Testament, à propos de toute question importante

Actes 2 : 16

16 Mais c'est ici ce qui a été dit par le prophète Joël :

 

 

Actes 13 : 15

15 Après la lecture de la loi et des prophètes, les chefs de la synagogue leur envoyèrent dire : Hommes frères, si vous avez quelque exhortation à adresser au peuple, parlez.

 

 

Actes 17 : 11

11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique; ils reçurent la parole avec beaucoup d'empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu'on leur disait était exact.

 

 

Actes 28 : 23

23 Ils lui fixèrent un jour, et plusieurs vinrent le trouver dans son logis. Paul leur annonça le royaume de Dieu, en rendant témoignage, et en cherchant, par la loi de Moïse et par les prophètes, à les persuader de ce qui concerne Jésus. L'entretien dura depuis le matin jusqu'au soir.

 

 

Donc, même si nous possédons actuellement le Nouveau Testament, nous avons tout autant besoin de la manifestation des charismes.

D'autres refusent simplement la bénédiction de la Pentecôte. Ils se contentent d'appeler à la repentance et à la nouvelle naissance. Mais le baptême dans le Saint-Esprit étant nécessaire pour exercer les dons spirituels, ces chrétiens ne pourront jamais jouir des charismes ni de leurs manifestations surnaturelles.

B. DONS DE L'ESPRIT ET VIE DE L'ESPRIT

Nouvelle naissance et Baptême dans le Saint-Esprit

La nouvelle naissance est d'origine surnaturelle, mais il ne faut pourtant pas la confondre avec le baptême dans le Saint-Esprit.

Par la nouvelle naissance on devient un enfant de Dieu, mais par le baptême dans l'Esprit on devient un serviteur de Dieu efficace.

Dans l'Eglise primitive, ces deux expériences étaient souvent simultanées, ou du moins très proches dans le temps.

Actes 10 : 44

44 Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole.

 

 

Certes, les croyants ont dû attendre la bénédiction du baptême dans l'Esprit jusqu'à la Pentecôte.

Actes 1 : 8

8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.

 

 

Mais depuis ce jour, nous pouvons recevoir ce baptême dès que nous nous convertissons, comme le montre:

Actes 2 : 38

38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.

 

 

Cette citation montre très clairement que cette bénédiction particulière peut être reçue au début de l'expérience spirituelle, et non après un certain temps de sanctification. Cependant, l'Ecriture ajoute que tous les croyants peuvent, et même doivent, être toujours à nouveau remplis de l'Esprit.

Actes 4 : 31

31 Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla; ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.

 

 

Ephésiens 5 : 18

18 Ne vous enivrez pas de vin : c'est de la débauche. Soyez, au contraire, remplis de l'Esprit;

 

 

Le baptême dans le Saint-Esprit est le don le plus désirable que nous offre le Christ glorifié. Nous ne pourrons jamais le mériter -ni par la prière ni par quelque autre pratique pieuse. Le don de l'Esprit Saint ne nous est pas accordé à cause du nombre de nos prières, mais uniquement à cause de l'oeuvre rédemptrice et de la prière de Christ pour nous.

Jean 14 : 16

16 Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous,

 

 

L' Esprit et Fruit de l'Esprit

Les dons de l'Esprit sont mentionnés:

1 Corinthiens 12 : 7-11

7 Or, à chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune.8 En effet, à l'un est donnée par l'Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit;Lire la suite

 

 

Mais les fruits de l'Esprit sont nommés:

Galates 5 : 22

22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité,

 

 

1) Les fruits sont la conséquence directe du niveau spirituel que nous avons atteint, ils sont donc soumis aux lois de la croissance spirituelle. Mais les dons de l'Esprit sont reçus directement de Dieu ; ils sont donc par nature parfaits et achevés.

Jamais l'amour, si précieux soit-il, ni aucun autre fruit de l'Esprit, ne pourra être appelé don spirituel : il porte les caractéristiques essentielles d'un fruit, c'est-à-dire qu'il est la conséquence naturelle de la vie nouvelle reçue de Dieu.

Le même chapitre 5 des Galates, qui énumère les fruits de l'Esprit, parle aussi des nombreuses oeuvres de la chair (v 19-21) -et nul ne penserait à les appeler « dons ».

Les charismes peuvent être reçus à tout stade de la vie spirituelle et sont, par leur origine même, entièrement parfaits au moment où Dieu les accorde.

Cependant, on remarque dans 1Corinthiens que le chapitre de l'amour (ch 13) est inséré entre les deux chapitres parlant des dons. Ceci prouve clairement que, dans leur variété et leur perfection, les fruits et les dons sont à la fois nécessaires pour qu'une Eglise puisse se développer harmonieusement.

2) Il est vrai que les chrétiens de Corinthe étaient manifestement charnels, cependant Paul n'a jamais pensé à qualifier leurs dons spirituels de démoniaques, ni à essayer de les arrêter. Bien au contraire, il les a encouragés à désirer ardemment les dons les meilleurs.

1Corinthiens 13 : 2-3 prouve que les dons sont parfaitement inefficaces s'ils ne sont pas accompagnés d'amour. Cette remarque importante montre de manière évidente qu'une personne ayant un don surnaturel n'est pas nécessairement plus spirituelle qu'une autre.

L'exemple de Balaam est la meilleure illustration de cette vérité : c'était un merveilleux prophète du Seigneur, et cependant sa façon de vivre était extrêmement charnelle (Nombre chapitre 22 à 24)

En fait, il est question ici d'un seul fruit de l'Esprit : l'amour. Toutes les autres qualités mentionnées sont les éléments qui constituent l'amour (NdT).

Même si les dons (chapitre 12 et 14) sont parfaits en un sens, ils doivent être exercés toujours plus dans l'amour (chapitre 13) (NdT).

Comment obtenir les dons de l'Esprit ?

Les dons spirituels ne nous sont pas accordés en raison de nos mérites. Mais, comme leur nom l'indique, ce sont des cadeaux, de pures faveurs.

L'expression « don spirituel » ou « charisme » (en grec scharisma) dérive du mot grec « charis » qui veut dire « grâce ». Un don spirituel est un don de grâce. Dieu est donc entièrement souverain en distribuant ses dons aux hommes.

1 Corinthiens 12 : 11

11 Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut.

 

 

1 Corinthiens 12 : 18

18 Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il a voulu.

 

 

1 Corinthiens 12 : 28

28 Et Dieu a établi dans l'Eglise premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont les dons de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues.

 

 

Cependant, Il désire que nous les lui demandions.

1 Corinthiens 14 : 13

13 C'est pourquoi, que celui qui parle en langue prie pour avoir le don d'interpréter.

 

 

Paul exhorte les chrétiens de Corinthe à les rechercher ardemment:

1 Corinthiens 14 : 39

39 Ainsi donc, frères, aspirez au don de prophétie, et n'empêchez pas de parler en langues.

 

 

1Corinthiens 12 : 7 ne laisse aucun doute : Dieu désire accorder des dons à chacun des membres de son Corps.

Timothée, par exemple, reçut certains charismes par l'imposition des mains de l'apôtre Paul.

2 Timothée 1 : 6

6 C'est pourquoi je t'exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l'imposition de mes mains.

 

 

Il en fut de même pour les chrétiens d'Ephèse.

Actes 19 : 6

6 Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux, et ils parlaient en langues et prophétisaient.

 

 

Les croyants mentionnés ici reçurent aussi ces dons par l'intermédiaire des apôtres Pierre et Jean.

Actes 8 : 17

17 Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils reçurent le Saint-Esprit.

 

 

L' imposition des mains a aujourd'hui encore une importance vitale dans l'Eglise de Christ. Remarquons aussi comment Paul exhorta fortement Timothée à exercer les dons spirituels qu'il avait négligés.

1 Timothée 4 : 14-15

14 Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t'a été donné par prophétie avec l'imposition des mains de l'assemblée des anciens.15 Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous.

 

 

La manifestation des dons de l'Esprit

Le verbe « opérer » ou « produire » utilisé par 1Corinthiens 12 : 11 implique « être rempli d'énergie ». Le mot Esprit (en grec : pneuma) 1) indique la présence d'une personne ou d'une énergie qui se manifeste et met en action un certain don. Etouffer cette manifestation, c'est attrister gravement l'Esprit Saint.

1 Thessaloniciens 5 : 19

19 N'éteignez pas l'Esprit.

 

 

Une personne possédant un don n'est pas l'esclave de celui-ci ; elle a entièrement le pouvoir de le contrôler selon la circonstance.

1 Corinthiens 14 : 29-33

29 Pour ce qui est des prophètes, que deux ou trois parlent, et que les autres jugent;30 et si un autre qui est assis a une révélation, que le premier se taise.Lire la suite

 

 

Le Seigneur respecte toujours notre volonté libre, et ne vise pas à faire de nous de simples robots.

Si une personne affirme être sous le pouvoir d'un soi-disant « don spirituel », sans avoir sur lui aucun contrôle, on a toutes raisons de penser qu'elle est victime d'un mauvais esprit. Ce sont les puissances des ténèbres qui cherchent à faire de l'homme un instrument aveugle entre leurs mains.

Rappelons une fois de plus que tout don doit être exercé dans la foi.

Romains 12 : 7

7 que celui qui est appelé au ministère s'attache à son ministère; que celui qui enseigne s'attache à son enseignement,

 

 

Ce n'est qu'en ayant les regards fixés uniquement sur le Seigneur, et en entrant ainsi totalement dans le fleuve de l'Esprit, que l'on peut exercer un don spirituel de la juste manière. Dans l'exercice des dons, le seul motif valable doit être le désir d'édifier l'Eglise et de glorifier le Seigneur, mais jamais celui de nous mettre en avant ou de rechercher notre propre gloire.

Les dons spirituels sont d'origine Divine, c'est pourquoi leur manifestation doit être caractérisée par le surnaturel.

Pour clore ce chapitre, il est bon de faire remarquer que dans l'Ancien Testament, le Saint-Esprit descendait occasionnellement SUR un individu. (Juges 14 : 6, 19 ; 15 : 14 ; Ezéchiel 11 : 5). Mais dans notre dispensation, nous avons ce privilège d'avoir l'Esprit Saint demeurant constamment EN nous.

Jean 14 : 17

17 l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.

 

 

Les exemples de l'Ancien Testament nous montrent que l'Esprit de Dieu saisissait ou agitait les hommes. Mais sous la nouvelle alliance, l'héritage béni qui nous est accordé est d'être sans cesse remplis de l'Esprit

Le même mot signifie aussi "vent" (NdT)

C. Les Neuf dons de l'Esprit

Classification des dons de l'Esprit

Les 9 charismes mentionnés dans 1Corinthiens 12. 8-10 se répartissent en trois groupes :

Les dons de révélation : parole de sagesse, parole de connaissance et discernement des esprits.

Les dons de puissance : don de la foi, don des guérisons et don d'opérer des miracles.

Les dons d'inspiration : don de prophétie, don des langues et don d'interprétation

Nous étudierons en détail chaque don mentionné ci-dessus. Mais gardons à l'esprit le fait qu'il est parfois difficile, sinon impossible, de distinguer nettement le surnaturel du naturel, et de dire par exemple où finit la foi chrétienne « normale » et où commence le vrai don de la foi.

Il y a une différence entre la manifestation de l'Esprit dans l'Ancien et le Nouveau Testament. La Loi et les Prophètes rapportent de nombreux évènements miraculeux. Mais ces interventions surnaturelles n'étaient réservées qu'à un petit nombre de serviteurs de Dieu, et n'étaient pas expérimentées par le peuple dans son entier. C'était pourtant le même Esprit, troisième Personne de la Trinité, qui se manifestait alors. Si nous nous référons à tant d'exemples de l'Ancien Testament, c'est simplement parce que ceux du Nouveau ne suffiraient pas à illustrer notre étude. Ces exemples nous permettront de définir de façon précise les caractéristiques de chacun des charismes.

Gardons aussi à l'esprit le fait que bien souvent deux ou même trois dons s'exercent simultanément pour accomplir les desseins de Dieu. Par exemple, Pierre connut les pensées secrètes d'Ananias par le don de discernement, et il le livra à la puissance de la mort par le don des miracles.

Même collaboration entre ces deux dons dans Actes 13 : 11, lorsque Paul discerna de façon surnaturelle les mauvaises dispositions du coeur d'Elymas, et rendit aveugle ce magicien pervers. Dans certains cas de guérisons, c'est la parole de connaissance, le don des guérisons et le don des miracles qui agissent simultanément pour produire l'effet voulu.

LE DON D'INTERPRETATION DES LANGUES

Définition :

Nous n'entendons pas forcément par là la traduction littérale du message en langues. L'interprétation peut au contraire être tout à fait libre et correspondre à l'esprit plutôt qu'à la lettre du message donné. L'interprète pourra dire par exemple : "Voici, je viens bientôt. Tenez-vous prêts !" ou bien : "Le Seigneur dit qu'il vient bientôt et il veut que vous soyez prêts", ou encore : "Le Seigneur vient bientôt. C'est pourquoi tenez-vous prêts". Il faut bien tenir compte d'une telle liberté d'interprétation.

Cet exemple nous amène à conclure que l'exercice de ce don n'a rien à voir avec une traduction servile. Au contraire, le Saint Esprit se plaît à utiliser le vocabulaire de l'interprète. Mais c'est aussi dans la mesure où celui-ci sait entrer dans le courant de l 'Esprit, que l'interprétation gagne en richesse et en profondeur. Et là encore, la maturité spirituelle et la mesure de foi manifestée par le porteur du don ont une très grande importance

Utilité de ce don :

Comme la prophétie, ce charisme est d'origine surnaturelle ; il a donc une importance vitale pour le perfectionnement des saints.

À côté du véritable don d'interprétation, l'Ancien Testament mentionne un certain ministère d'interprète rempli par Joseph.

Genèse 40 : 8

8 Ils lui répondirent : Nous avons eu un songe, et il n'y a personne pour l'expliquer. Joseph leur dit : N'est-ce pas à Dieu qu'appartiennent les explications ? Racontez-moi donc votre songe.

 

 

Daniel, qui donna le sens précis des mots apparus sur la muraille à l'époque de Belschatsar.

Daniel 5 : 16

16 J'ai appris que tu peux donner des explications et résoudre des questions difficiles; maintenant, si tu peux lire cette écriture et m'en donner l'explication, tu seras revêtu de pourpre, tu porteras un collier d'or à ton cou, et tu auras la troisième Place dans le gouvernement du royaume.

 

 

Daniel 5 : 26-28

26 Et voici l'explication de ces mots. Compté : Dieu a compté ton règne, et y a mis fin.27 Pesé : Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger.Lire la suite

 

 

Seuls des serviteurs de Dieu remplis de l'Esprit ont pu, et peuvent encore, donner l'interprétation réelle de ces mystérieuses manifestations divines.

Au sujet de l'exercice de ce don, 1 Corinthiens 14 : 27-28 recommande expressément que deux ou trois ou plus parlent en langues et seulement si le message peut être interprété. Cet ordre divin doit être respecté si nous voulons rester fidèles à l'Ecriture.

Une question cependant reste posée. Désirons-nous retrouver les richesses spirituelles des temps apostoliques ?

Si tel est le cas, recherchons, recevons et exerçons les dons spirituels dans nos réunions, avec une vision nouvelle et une compréhension enrichie et approfondie. Suivons donc avec joie ces recommandations de Paul :

1 Corinthiens 14 : 26

26 Que faire donc, frères ? Lorsque vous vous assemblez, les uns ou les autres parmi vous ont-ils un cantique, une instruction, une révélation, une langue, une interprétation, que tout se fasse pour l'édification.

 

 

 

×